Moodboard de mars

Mars est - en tout cas pour moi - un mois en demi- teinte. L'hiver fut pluvieux, triste et violemment grippal, et le printemps n'arrive que très, très en pointillé.

Mois entre brun et VERT,



 

 Entre pluies interminables ...


Et matins radieux,


Entre le minimalisme chic du Wabi-sabi, quelque peu cafardeux à la longue il faut bien le reconnaitre,


Et minimalisme vivant qui nous fait AUSSI du bien,
 (je me suis juré de réaliser très vite ces bouquets, apparemment faciles, mais d'un équilibre savant )



 En un mot entre la fin et le début.

Il y a une chose que j'ai toujours trouvée délicate à réaliser sur ce genre de blog, c'est l'équilibre entre le fait de parler de déco, de fleurs ou cuisine, de ce qu'on peut appeler des sujets légers, et celui d'aborder des questions plus profondes et intimes, la mélancolie qui nous guette, les périodes d'épuisement, les questions existentielles - n'ayons pas peur des mots, elles nous étreignent toutes - la solitude, entre celle qui est voulue et qui nous apaise et celle qui l'est moins,  "La garce, elle nous ferait même l'hiver en plein coeur de l'été" comme le chante Barbara. Sans être ridicule ou donneuse de leçons, ou se prétendre porteuse d'un message révolutionnaire.

Prendre soin de soi,  s'attacher le douceur de vivre, choisir le ROSE plutôt que le gris et louvoyer tant bien que mal entre l'attente des jours meilleurs et les jours meilleurs.



Au chapitre "Douceur de vivre", et "Prendre soin de soi", aller vers... le vert qui nous ouvre au printemps. Pas encore envie de tables de printemps, de déjeuners dehors, mais de petits détails discrets qui font entrer le sentiment de renouveau à l'intérieur, dans tous les sens du terme,





 Et de cuisine qui nous soigne (mention spéciale au dernier ELLE à TABLE et ses recettes vertes),


Dona Hay

Au chapitre des prise de risques, j'ai même fait une tentative de choux de Bruxelles, sans doute le légume le plus haï de France, massacré  sans ménagement dans des milliers de cantines scolaires, (au four, avec des pommes de terre tout de même, en back up, au cas où, des carottes et de l'huile d'olive, et rien d'autre) mais c'était franchement bon.

Essayez donc! j'adorais cette pub, il y a quelques années : "Du tapioca, vous connaissiez le pire, découvrez maintenant le meilleur". Réhabilitons le choux de Bruxelles. Et d'ailleurs, le tapioca aussi. 

Et puis je bricole des petits papiers, des lettres de remerciements (c'est fou le nombre de gens que je remercie, parce que c'est fou le nombre des gens qui sont gentils), suivant les préceptes de ma complice Anne Ventura.

j'imprime des papiers trouvés sur Internet,



Et je lis, en essayant de trouver des livres qui font du bien.

Mention - également-  spéciale à trois livres que ne n'ai pas lus, mais qui ont attiré mon attention au hasard de recherches sur Internet : 


Celui-ci qui parle de lui-même. 

Celui-là, un peu effrayant au premier abord et dont je n'ai jamais entendu parler, mais qui, d'après ce que j'ai lu, est une remarquable source de réflexion sur notre manière de consommer et de nous alimenter : 


Je vais me le procurer, mais si certaines d'entre vous le connaissent, je serais heureuse d'avoir leur avis.

Et enfin, bien qu'ayant publié un livre sur le thème de "Recevoir" et la joie qu'il y a à être ensemble, je salue ce livre de recettes en solo...


Parce qu'on a pas toujours envie de recevoir, d'être quinze à table et de parler, et qu'il faut résister parfois aux injonctions du bonheur partagé, des "Get together", et qu'on veut simplement être seuls et se faire - quand même- plaisir.

Voilà pour mars! Je vous embrasse et rappelle aux lectrices de Provence les ateliers à La Mirande d'Avignon, le 28 avril sur le thème de la papèterie, et celui du 9 juin sur le thème de "Recevoir autour d'un buffet".

Renseignements ici!!

"La douceur de vivre est l'avancée d'une vie éternelle dans la vie d'aujourd'hui"

Christian Bobin "Le Très-Bas"

Posté le 11 mars 2018 sur "Les pensées vagabondes"


21 commentaires:

  1. Chère Marie-Paule,
    Merci pour ce pas timide dans le printemps que vous nous offrez avec ce bel article ! Et j'use aussi de ces petits remèdes à la mélancolie post-hivernale. Un bouquet d'anémones blanches (pas si raffiné que les vôtres) sur mon bureau, une belle salade de mâche bien verte à midi (à défaut de choux de Bruxelles, pas encore réhabilités chez nous), des lectures qui tirent vers le haut (Bobin valeur sûre) et des films aussi ("L'Insulte" un bijou de délicatesse sur fond de conflit au Liban ). Je vous souhaite une très belle semaine et vous embrasse. Claudie.

    RépondreSupprimer
  2. Un mois en demi-teinte donc ... Dans les campagnes grecques en ce moment la nature explose de coouleurs joyeuses : jaune vif et rouge sang des coquelicots. Quant au ciel il est bleu dur. Pâques approche !

    RépondreSupprimer
  3. Isabelle Colonel11 mars 2018 à 23:59

    Chère marie-paule
    J'espère que vous allez bien... Merci pour ce post aux couleurs du printemps qui arrive timidement����☘!!!
    Et merci encore pour vos références de livres... j'avais déjà remarqué "eat" et pense également me le procurer...
    Bonne semaine à vous et à très bientôt.
    Je vous embrasse
    Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Isabelle, Merci de votre message, j'espère aussi que tout va bien pour vous. "Timidement" est le mot, ce matin, il pleut. Le printemps n'en aura que plus de prix, mais là, on sature...
      La première qui lit ce livre donne des nouvelles!

      je vous embrasse,

      mp

      Supprimer
  4. Il vente, aujourd'hui et les nuages, blancs, n'ont pas l'air de se déplacer très vite. Alors, Soleil, pas soleil ?
    Ce n'est pas une journée morose qui va entamer ma bonne humeur. Le sourire vient à bout de tout. Alors sourions !
    Bon mois de mars et à bientôt !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Crisitane, ici, il pleut... Mais il y a quelques trouées de ciel bleu. Petite métaphore de la vie!!
    En attendant le grand souffle du printemps.

    Merci pour tous vos messages et vos sourires.

    A bientôt,

    mp

    RépondreSupprimer
  6. Je ne me pose pas toutes ces questions quand je reçois un billet aussi beau à regarder qu'à lire : les "mélanges" me vont bien et s'entrecroisent , s'enchainent toujours de la plus belle des façons .
    Le Temps m'a toujours collée à la peau en tant qu'enseignante : toujours omni présent : être à l'heure , finir son cours à l'heure : je n'ai plus mis de montre à la retraite . Il est toujours présent mais une toute autre forme : le Temps qu'il reste et là il vaut mieux (pour moi) ne pas creuser le sujet sinon la mélancolie arrive à galop.
    "Ce que la vie m'a appris " de Perla Servan-Schreiber : magnifique , offert .
    Le soleil devra jouer des coudes et il lui faudra de la force pour combattre vent , nuages et pluie . Nous sommes dans la région depuis 14 ans , nous n'avons jamais eu un tel temps qui dure dans la grisaille , autant de pluie et de vent fort. Je prends avec bonheur chaque journée ensoleillée qui illumine la maison , le jardin : nous ne connaissons pas de catastrophes , restons digne et patient.
    Merci pour ce billet qui est , lui , à chaque fois mon confetti de bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Barby, merci infiniment de votre si gentil et joli message. Merci de prendre ce temps pour moi.

      J'avais envie de lire le livre de Perla Servan-Schreiber.

      Et pour ce qui est du soleil ou de la pluie ou des nuages, je suis souvent surprise de ce dont nous sommes dépendants pour aller bien ou mal. Et pour passer de l'un à l'autre.

      Je crois que c'est Lewis Caroll qui disait "Ne laissons pas notre bonheur dépendre de quelque chose que nous pouvons perdre". J'y travaille...

      je vous embrasse,

      mp

      Supprimer
    2. Il faut lire ce livre : un bijou . Je l'ai offert aux personnes qui me sont chères

      Supprimer
  7. Isabelle de B.12 mars 2018 à 04:07

    Chère Marie-Paule,j'attendais votre tableau d'humeur et le voilà !
    Vous avez su exprimer ce que nous ressentons toutes, à un moment ou à un autre . Et c'est fou comme la météo et la solitude influent sur notre moral .Merci pour ces bouquets de fleurs si belles dans leur simplicité .Merci pour vos réflexions qui n'ont rien de ridicules ( ne vous en excusez pas ),merci pour les délicats papiers fleuris et pour la dernière citation de Christian Bobin . Elle rejoint cette phrase de la bible :" Dieu a mis dans le cœur de l'homme la pensée de l'éternité ."
    Alors s'il fait beau 7 fois par jour , à cause des giboulées de mars , patience , le printemps arrive ...

    RépondreSupprimer
  8. Ton joli billet me fait un peu oublier le mauvais temps d'aujourd'hui.
    Merci pour toutes ces magnifiques photos.
    Bel après-midi
    Monique

    RépondreSupprimer
  9. Un joli message chargé d'optimisme mais aussi un peu de tristesse.
    Je pense que nous passons toutes par ce sentiment de solitude, de tristesse surtout en hiver mais il faut si peu de choses pour sortir de cet état : des fleurs, la nature doucement qui se réveille, la famille, les amies...
    Belle semaine
    violine

    RépondreSupprimer
  10. Quand la délicatesse des nuances des couleurs rejoint la délicatesse du cœur... ça donne du Marie-Paule! Elégance et sensibilité.
    Sophie

    RépondreSupprimer
  11. Chère amie, bonjour! Je suis en retard car hier, je me suis levée trop tard et il fallait partir le matin.

    Comme d'habitude, tes idées m'enchantent et me donnent envie de participer dans tes ateliers; moi, je viens d'apprendre que la solitude (du sens en anglais pour "loneliness") et le sens de tout seul (alone, by yourself) sont des états entièrement différents. De temps en temps, être toute seule est si nécessaire afin de donner au groupe son mieux. Une âme qui prendre soin de soi dans le silence de la joie des petits plaisirs (toute seule) sera plus créative; par contre, l'âme qui est impregnée de la solitude (loneliness), mourra. Alors, la beauté que tu nous offres me donne l'envie de passer plus de temps toute seule, de trouver le plaisir des choses inconnues, petites, oubliées pour que je les redonne la vie, dans ma vie.

    MERCI!!!!!!

    RépondreSupprimer
  12. des mots justes qui expriment ce que beaucoup d'entre nous ressentons à cette période de l'année, entre deux saisons (et chez moi, à Montréal, le printemps n'arrive qu'en mai) l'humeur un peu vagabonde, merci pour ce partage personnel et touchant. Catherine

    RépondreSupprimer
  13. Mélancolie jolie!!
    beau message qui comme d'habitude me laisse un bon moment dans la réflexion.
    belle soirée.

    RépondreSupprimer
  14. Chère Marie-Paule, je sens le fil d'or d'une humeur printanière prêt à éclore au milieu de cette belle palette... Je note les titres des livres que tu nous proposes, les livres qui font du bien sont précieux dans ce monde tumultueux ! Je t'embrasse, beau mois de mars à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour ce très joli post
    J’attendais de voir si il y aurait des grèves en avril et le calendrier des grèves vient de paraître et bien sur le 28 est dedans ! Je m’en doutais c’est pour cela que je n’en m’etais’pas Inscrite! Quel dommage !
    Je vous dis à très vite bien sûr
    Sophie

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour ce billet comme toujours très plaisant
    J'avoue ne pas être trop sensible à la météo et je supporte plus facilement les températures froides que chaudes et en plus j'aime ..........les choux de Bruxelles.
    Les dernières lectures qui m'ont beaucoup plu: comme beaucoup le livre de Perla Servan Schreiber et Le miracle de Spinoza de Frédéric Lenoir découvert lors d'un stage de yoga.
    Je t'embrasse
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Marie de ton très gentil message. il semble que le livre de Perla Servan-Schreiber fasse l'unanimité. Je vais le lire. Je n'ai pas lu non plus celui de Frédéric Lenoir, mais je vais "trainer" à la Fnac aujourd'hui, (un de mes passe-temps favoris) je vais y jeter un coup d'oeil.

      A bientôt.

      je t'embrasse,

      mp

      Supprimer