Leur plus belle histoire d'amour

Je n'avais pas d'idées pour la Saint Valentin, et pour être franche, je ne jugeais pas vraiment utile d'en avoir. Je ne voyais pas quoi ajouter à la cohorte de coeurs en roses, en chocolat, en gâteaux, en pâte à sel. Et puis cette fête est triste pour les gens qui sont seuls.

 Mais comme j'aime bien l'histoire et que je me promène souvent sur des sites de biographies, je suis tombée au hasard de recherches sur celle de Fersen, "le" Fersen de Marie-Antoinette, dont l'histoire m'a toujours troublée, parce qu'elle reste attachée à sa passion pour la reine la plus "médiatique" de notre histoire. Et aussi, parce que sur les portraits qu'on voit de lui, je le trouve joli garçon, du moins intéressant, alors que souvent, ce qu'on appelle "beau" à une époque nous laisse assez perplexe aujourd'hui, et assez masculin aussi, ce qui, avec une perruque poudrée est quand même un exploit

Bref, ça m'a donné envie de faire un "petit" post sur les passions, les amours romantiques, souvent interdites, sur l'amour qui triomphe de tout, qui règne sur une vie, qui lie de manière indéfectible deux êtres (pourquoi, comment? cela reste un mystère), jusqu'à ce que, comme le dit la formule consacrée, la mort les sépare.


Marie-Antoinette et Fersen

Axel de Fersen, jeune comte suédois, arrive à la cour de Versailles en 1774, alors qu'il terminait son "Tour d'Europe" destiné à l'époque à parfaire l'éducation des jeunes nobles, et rencontre la reine le 30 janvier (ils avaient l'un et l'autre 19 ans!!). On dit qu'entre eux, ce fut un véritable coup de foudre, bien qu'il ait porté, ce soir là, un masque de velours noir, ce qui, déjà, était très romantique. Mais son regard était, dit-on aussi, ténébreux et magnétique.
Pour raconter brièvement une longue histoire incroyablement riche et romanesque, il part pour l'Amérique en pleine guerre d'indépendance, se conduit brillamment à la bataille de Yorktown en Virginie, rentre à Versailles, part en Italie, revient à Versailles, part en Suède, revient, bref, il n'arrête pas, tout en multipliant les conquêtes féminines, mais sans jamais cesser de correspondre avec la reine par lettres cryptées. 


Il participe à l'organisation de la fuite à Varennes avec la fin que l'on sait, et jusqu'au bout, tentera de la sauver. Il ne se remettra jamais de sa mort et détruira une bonne partie de leurs lettres. Il semble pourtant qu'ils n'aient jamais été amants, ce qui ajoute sans doute à la puissance de leurs sentiments. Le 4 janvier 1792, elle lui écrit : 

"Je vais finir, non pas sans vous dire mon bien cher et tendre ami que je vous aime a la folie et que jamais jamais je ne peux être un moment sans vous adorer ». »


Lettre cryptée de Marie-Antoinette à Fersen 




Cyrano et Roxane

Cette histoire-là, tout le monde la connait, donc pas la peine de la raconter à nouveau. Mais quand même, c'est une des mes préférées. Bouleversant Cyrano, sacrifié, amoureux fou condamné au silence, écrivant pour "l'autre", celui qui est beau, réduit au rôle de confident. Et qui, au moment de mourir lui dira : 

"J'ignorais la douceur féminine. Ma mère 
Ne m'a pas trouvé beau. Je n'ai pas eu de soeur. 
Plus tard, j'ai redouté l'amante à l'oeil moqueur.
je vous dois d'avoir eu, tout au moins, une amie.
Grâce à vous une robe à passé dans ma vie".

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais moi, à chaque fois que je lis "Grâce à vous une robe à passé dans ma vie", ça me donne envie de pleurer.



Elsa et Aragon

J'ai des sentiments plus que partagés sur Aragon, l'homme. Et cela pose l'éternelle question : doit-on préférer l'oeuvre à l'homme? (Ou l'inverse?)

Quoiqu'il en soit, j'ai découvert son oeuvre à 18 ans grâce à une professeure qui nous lisait d'une voix vibrante "Le Roman inachevé".

Ça a dû être ma première rencontre avec l'amour fou, sur fond de milieux artistiques des années 20, Montparnasse, La Coupole, la guerre d'Espagne, et je trouvais ça follement romantique.
Et même si je trouve que, quelquefois, il se "regarde" un peu (beaucoup) aimer Elsa, certains de ces poèmes me touchent encore beaucoup.

"J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu
que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne
 tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne 
où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux
tu m'as pris par la main comme un amant heureux".


Et puis, il y a deux films qui restent pour moi les chef-d'oeuvres absolus en matière d'histoire d'amour fou, ce sont, 1°) "Le messager" de Joseph Losey et 2°) "La route de Madison". J'ai pleuré aux deux du début à la fin. (Certes, je peux pleurer devant "Le Roi lion"...). Parce que ces deux films sont des monuments à l'amour qui survit aux interdits, aux conventions, au temps qui passe, à la mort, parce que l'érotisme juste suggéré rend le désir omniprésent, parce que Julie Christie - qu'on ne voit plus assez- parce que Meryl Streep et Clint aussi, (doit-on préférer l'homme à l'oeuvre? (bis), je sais qu'il a soutenu Trump, mais s'il a réalisé "La route de Madison", ça ne peut pas être une brute.. Les gens sont si complexes..), qui accepte de se montrer vieillissant et ruisselant sous la pluie en regardant l'amour de sa vie s'éloigner pour toujours.


 
 En parlant de Julie Christie, il y avait bien sûr aussi "Le Docteur Jivago" (et Omar!!!), il y avait Odette et Swann, "Belle du Seigneur" et tant d'autres. Et comme à chaque fois que je fais des listes, à mes "favoris", vous ajoutez les vôtres, je vous laisse finir l'histoire.

Happy Saint-Valentin, happy Valentine day!!!!!
Posté le 10 février 2017 sur 
"Les pensées vagabondes"
 

15 commentaires:

  1. Oh mon amie, comme je t'adore. Bien écrit, ce billet me fait réfléchir au sujet que je crois, c'est notre sang, notre air, notre existence. L'histoire d'amour fou, l'amour d'un parent, l'amour d'un animal domestique, l'amour perdu, trouvé...... un écrivain pourrait s'en occuper à jamais. L'amour c'est notre début, notre fin.

    RépondreSupprimer
  2. Sur la route de madison est bouleversant - chef d’œuvre absolu !
    Joli dimanche de froid
    PS : je ne me souviens plus du Messager. Ça me donne envie.. avant la fin de l'hiver.

    RépondreSupprimer
  3. Puisque vous citez Merryl Streep, moi j'adore Falling in Love, je l'ai vu je ne sais combien de fois, l'histoire je la connais par coeur, mais je ne me lasse pas des mimiques si réalistes dans ce genre de situation, des doutes, des petits bonheurs, des reculs, des illusions, des souirs, tout cela tellement bien interprété par deux géants du cinéma !!!

    RépondreSupprimer
  4. Quel beau billet : l'idée de raconter des histoires d'amour est tellement plus puissante ! J'ai lu et relu avec un vrai plaisir . Il n'y a pas plus beau que l'amour entre deux êtres .
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mille fois Barby! Nous sommes d'accord.

      A bientôt,

      Mp

      Supprimer
  5. Je n'avais jamais vu de tableau de Fersen, et je comprends mieux que Louis XVI n'ait pas souffert la comparaison...
    Roméo et Juliette m'émeuvent +++ pour leur fougue, leur grande jeunesse et le jusqu'au boutisme de leur amour, Lara et Youri dans cet univers si épique de neige, de guerre et de glace, et à un âge plus,"avancé" Meryl et Clint.
    Merci pour cette recherche (qui m'a fait réfléchir et..rêver) hors des cœurs en guimauve et la fête si commerciale.
    Belle et douce semaine Marie-Paule ! Bises.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Marie Paule
    Merci pour ce billet romantique... si beau!!! J'adore le film sur la route de madison ... je ne m'en lasse pas.
    Douce semaine à vous

    Amitiés, isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Isabelle. Comme les enfants qui demandent qu'on leur raconte vingt fois de suite la meme histoire, on ne se lasse pas de regarder les gens s'aimer. Tant mieux.

      Je vous embrasse,

      mp

      Supprimer
  7. que c'est beau!!
    quel plaisir de lire et relire....
    mystère c'est vrai mais quand ça nous tient, quel bonheur.
    la mort nous a séparé bien trop tôt héélas mais je ne pleure pas parce que c'est fini, je souris parce que c'est arrivé.
    douce nuit à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Nadia, merci pour votre message et pour votre façon de penser à votre histoire d'amour. Je m'en souviendrai.

      Je vous embrasse,

      mp

      Supprimer
  8. Bonjour Marie-Paule ,
    Merci pour ce billet qui nous plonge dans des histoires d'amour vraies et d'autres moins vraies ou embellies ... Mais qui chacune peut toucher à l'universel .Les vers et les phrases que vous avez choisis sont superbes ." Grâce à vous une robe a passé dans ma vie " est de toute beauté . J'ai lu Cyrano de Bergerac à l'âge de 15 ans . Cette pièce a enflammé l'imagination de mon adolescence : " Un baiser , à tout prendre qu'est-ce ? Un point rose sur le i du verbe aimer ...."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P.S. J'oubliais le Cantique des cantiques :
      " Comme un lis au milieu des épines,telle est mon amie parmi les jeunes-filles .Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt , tel est mon bien-aimé parmi les jeunes-hommes .
      J'ai pris plaisir à son ombre et je m'y suis assise, son fruit est doux à mon palais ." C.C. 2:2

      Supprimer
  9. Merci Marie-Paule pour ce joli billet de la Saint-Valentin. Amitiés

    RépondreSupprimer
  10. La route de Madison.... je pleure aussi à chaque fois que je le revois, ce film.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne cesse de relire la déclaration d'amour de Solal à Ariane, dans Belle du Seigneur. L'une des plus belles qui soit. Et de regarder Out of Africa, car Robert et Meryl sont inoubliables. Ces histoires d'amour passionné et passionnantes nous transforment en fleurs bleues malgré les années qui passent !
    Et même si je n'aime pas cette fête qui n'a plus rien de romantique, j'aime ces belles histoires d'amour!
    Même avis mitigé sur Aragon, dont j'admire pourtant l'oeuvre. Aurélien est un de mes romans préférés...

    RépondreSupprimer