Que faire avec des pivoines?

Je sais bien qu'il est un peu tard pour poster un billet sur les pivoines, alors que la saison est terminée... Mais une petite intervention chirurgicale au pied et quelques urgences m'ont tenue éloignée de la vraie vie pendant un temps.

Quoi qu'il en soit, je poste tout de même ce dernier billet avant l'été. Les photos, (sauf mentions) ont été prises par une jeune photographe talentueuse, Corinne Jamet. Nous souhaitions travailler ensemble depuis longtemps, sans jamais trouver le temps. Nous avons finalement trouvé une date et décidé de passer une journée ensemble à photographier ces fleurs que nous adorons toutes les deux. 

Voici : 

Retour de Rungis, où il m'a fallu plus d'une heure pour choisir les pivoines. Entre les roses, les pâles, les blanches, les rouges, les petites, les grosses...



 De retour chez moi... J'adore ce moment.

 Photo MP Faure

 Classique bouquet rond, les pivoines sont mélangées à des pois de senteurs, également dans le top 3 de mes fleurs préférées, et à des hortensias. J'aime bien faire "partir" les fleurs sur les côtés. C'est pourquoi je choisis toujours au moins une ou deux sortes de fleurs à tiges souples ( ici les pois de senteurs). Les pivoines peuvent vite donner un côté raide aux bouquets.


Photo MP Faure
 Et pour les mêmes raisons, j'ai mélangé des fleurs du jardin à celui-ci. J'avais essayé les pivoines seules, mais elles étaient énormes, j'ai préféré alléger l'ensemble avec des fleurs un peu plus sauvages, un peu "brouillard". Après coup, je me dis que je les ai mal réparties, elles sont toutes au milieu. L'ensemble aurait été plus joli, plus léger,  si j'avais piqué les branches de façon plus équilibrée. Peut mieux faire.

Photo JB Pellerin

Et puis il y a les toutes blanches, immaculées, virginales, auxquelles j'ai juste ajouté une botte de petites roses blanches . Le blanc, comme toujours, se suffit à lui-même.

Les photos suivantes sont de Corinne Jamet.

Et les rouges grenat.. J'en achète plus rarement, mais celles-ci étaient d'un rouge si dense, si profond que je n'ai pas résisté. Et leurs pétales sont tellement lisses qu'on dirait du cuir. J'ai ajouté des fleurs de carottes sauvages, Daucus carota de leur nom savant, mais rouges aussi, je n'en avais jamais vu de semblables. J'adore ces fleurs, elles sont géniales pour donner du charme aux bouquets et cacher les tiges, les trous, les erreurs.

J'ai demandé à Corinne de faire une ambiance plus sombre, plus "grenier",  à laquelle nous ne sommes habituées ni l'une ni l'autre...




et voilà!!

  Et toujours le charme des fleurs tombées là par hasard...

















Mille mercis à Corinne pour sa disponibilité, sa patience et son amour du travail bien fait.

...Et aussi pour les éclairs à tomber (ici, fraises des bois) qu'elle a si gentiment apportés pour le déjeuner!!

Je vous souhaite un merveilleux été, plein de soleil, et de moments heureux. Je sais qu'il a déjà commencé pour beaucoup d'entre vous, je vois passer des photos de mer, de petits ports bretons ou de bout du monde, de lavande, d'enfants joyeux jouant dans les vagues.

Et je vous remercie encore de tous vos messages incroyablement gentils et bienveillants, merci de prendre le temps de vous arrêter ici.

A très vite, je vous embrasse.

Posté le 21 juillet 2016 dans "Fleurs..."

Country house magazine


Country House magazine, un très joli magazine anglais en ligne, très  "French brocante", shabby chic, élégant et romantique (vous pouvez télécharger l'appli sur Apple store et aussi sur Zinio.com), m'a contactée pour faire un article sur mon livre. Petit moment de vanité (désolée pour celles qui ont déjà lu mon livre), je vous livre l'article en question :

J'ai même eu les honneurs de leur couverture : 












Ils m'ont également demandé mes "10 conseils favoris pour recevoir"
Là aussi, certains sont dans mon livre, pardon pour la redif. Je traduis :


1 - Je ne prévois qu'un seul plat à préparer le jour même. Je fais tout le reste la veille, de façon à n'avoir qu'à réchauffer au dernier moment. Je n'ai aucune envie de passer des heures dans la cuisine, c'est pénible pour les invités et pour moi.

2 - La veille, je mets la table, ou je prépare tout ce dont je vais avoir besoin : la vaisselle, l'argenterie, je repasse éventuellement la nappe. Je ne veux pas non plus passer des heures à chercher partout LE plat que j'utilise une fois par an et il m'arrive de retrouver quelque chose que j'avais oublié et que je suis ravie d'utiliser!!

3 - Je range la cuisine A FOND. C'est une chose qui m'a vraiment changé la vie. Elle sera très vite en désordre avec les assiettes et les plats utilisés, donc je fais de la place. Et je vide le lave-vaisselle et la poubelle.

4 - J'utilise beaucoup de bougies et de guirlandes lumineuses. Pas seulement sur la table, mais partout dans la maison, pour donner une lumière intime et chaleureuse. J'ai peu freiné sur les bougies parfumées depuis que j'ai lu que beaucoup étaient toxiques. Juste une éventuellement dans les toilettes ou la salle de bain. À la place, pour chasser les odeurs de cuisine, je fais bouillir de l'eau avec quelques gouttes d'essence de lavande, ou de la verveine, ou de la citronnelle. L'odeur se répand délicieusement dans la maison.

5 - Je sers un premier plat avec l'apéro, qui sert de hors-d'oeuvre. Je trouve qu'un dîner avec apéro + hors d'oeuvre + plat + dessert (voire fromage), c'est trop long. Et ça permet à certains d'arriver un peu en retard : des petites focaccia revues home-made, une soupe froide, des mini-galettes de céréales/légumes, tout ce qu'on peut manger avec ses doigts ou des petites piques.

6 - Afin d'éviter de demander dix fois de suite aux invités de passer le sel, j'en mets deux ou trois sortes dans des petits coquillages devant chaque assiette. Ou des graines, de sésame ou autres selon le menu.

7- Bien que j'adore les fleurs, je ne mets pas de trop gros bouquets sur la table, ça prend trop de place et on ne sais plus où mettre les plats. j'en mets partout ailleurs dans la maison, et je place juste des petits bouquets sur la table. Ou alors en bout de table, si la place est libre.

8 - Quand je suis à cours d'idées, j'utilise des chutes de papier peint pour faire des sets de table. Ils sont tellement beaux qu'ils sont en soi de vrais décors.

9 - Je répartis le plat principal dans deux ou trois plats, selon le nombre d'invités. La plupart des gens étant bien élevée, cela évite au premier servi de manger systématiquement froid en attendant que le plat arrive jusqu'au dernier invité.

10 - Comme je suis fan de desserts, je sers très peu de fromage. J'en choisis un seul ou alors une sélection de petits chèvres, mais avec plusieurs sortes de pains, de crackers etc... Et je fais deux desserts : un "riche" à base de chocolat, ou de caramel/beurre salé, et un autre plus light avec des fruits, ou des sorbets.

Pardon pour les deux derniers, je vous ai fait le coup plusieurs fois déjà, mais ils n'ont pas encore atteint l'Angleterre : 

11 - Pour les repas dans le jardin, je mélange la "belle" vaisselle et la jetable. On en trouve de géniales aujourd'hui.

12 - j'adore les paniers vapeurs/chinois que je peint en toutes les couleurs pour faire des corbeilles, à pain, à fruits, pour offrir des chocolats aux invités.



The end



Dîner at Downton Abbey.

Posté le 8 juillet 2016 dans "Mon travail"




Mon week-end fraises, sucre et caramel

"Ils" avaient annoncé un dimanche "maussade",  que je qualifierais plus prosaïquement de pourri. Alors plutôt que de pleurer sur ce printemps qui n'aura pas compté dans nos vies ("C'est abuser" disait un monsieur interviewé à la télé, qui passait ses vacances sous la pluie..), j'ai décidé de faire des gâteaux et d'inviter mes voisins, pour qu'on se tienne chaud au moral, ensemble.




j'ai fait :

Un cake salé (je fais toujours un petit en-cas salé pour éviter d'assommer mes invités sous une overdose de sucre). La recette d'origine est "Féta + herbes fraîches", mais je trouve la féta un  peu insipide, alors je l'ai remplacée par du chèvre. Et puis de la menthe, de la ciboulette. Et comme j'avais mis trop de sel, (une de mes spécialités), j'ai rajouté - au pif - du yaourt de brebis, ce qui s'est avéré une -plutôt- bonne idée, car le cake était "mouillé", je trouve ça toujours meilleur que les cakes secs, mais c'est une affaire de goût.

Et puis du gâteau au chocolat. "Le meilleur gâteau du monde " selon la fille de mes voisins qui a 6 ans, et venant d'elle, c'est un sacré compliment. Des gâteaux au chocolat, j'en ai, comme vous, fait et goûté des dizaines, mais celui-ci, c'est vrai, Palme d'or. C'est le plus simple et le meilleur que je connaisse, à condition de le faire très peu cuire, la veille.

250 gr de choco
250 gr de sucre (j'en mets moins, affaire de goût, bis)
250 gr de beurre
4 oeufs
4 c à s de farine.

Mélanger Choco + beurre, puis on verse sur les oeufs battus, on ajoute la farine et au four (180°) au bain marie, jusqu'à ce qu'il soit pris, mais encore très tremblotant. Une nuit au frigo, il durcit, mais il est tout moelleux, tout collant,  et je le découpe en morceaux pour que chacun puisse se servir de ce qu'il veut, avec des petites piques, c'est mieux qu'en parts, je trouve.

Le truc que j'ai trouvé, et qui change tout à mon avis, c'est de mélanger les chocolats Nestlé Dessert. Le noir classique et celui au caramel, fifty/fifty. Ça donne un goût indéfinissable, assez subtil, sans sentir trop le caramel, je fais toujours ça maintenant.


3, des tartes aux fraises et aux framboises, mais attention, dans un moule
 qui, depuis que je l'ai acheté me vaut un succès un peu usurpé car c'est juste un moule... mais c'est vrai, ça en jette, des tartes de ce format.




En fait je l'ai acheté (à la Grande Épicerie, mais on doit le trouver ailleurs) pour les photos de Victoria magazine...


Du coup, je publie une photo que Jean-Baptiste a faite pour Victoria, ne le dites pas... mais elles sont tellement plus belles que les miennes!!

 Photo JB Pellerin

Sous les fraises, une couche de gelée de groseilles pour l'acidité, et une solide couche de chantilly mélangée à quelques cuillerées à soupe de mascarpone et à un peu de sucre glace. Certes, c'est riche, mais au moins on ne dîne pas après, c'est l'avantage.


4, Et enfin, du cheesecake au sirop d'érable et noix de pécan. Le sirop d'érable, c'est comme la crème de marrons ou le lait concentré : j'évite de m'en approcher au supermarché car je peux me rendre malade avec. Et engloutir un cheesecake pour 8 personnes en un seul week-end.

j'ai pris la recette dans ce livre, dont je m'inspire souvent :

Cuisine de New-York
Éditions ESI


La recette est à la fin du billet.

Et voilà!!





Je vous souhaite une très belle semaine, un très joli début de vacances.
Avec le soleil, parce que là, vraiment, c'est abuser.

Posté le 5 juillet 2016 dans "Ma petite cuisine"


CHEESECAKE AU SIROP D'ÉRABLE
POUR 6 PERSONNES : 

60 gr de noix de pécan
150 gr de biscuits sablés
70 gr de beurre
600 gr de fromage Philadelphia
80 gr de sirop d'érable
30 gr de sucre
3 oeufs
 ................

Torréfiez les noix de pécan sur une plaque de cuisson dans un four à 180 ° et laissez refroidir.

Réduisez les sablés en poudre.
Faire fondre le beurre et ajoutez-le aux biscuits.  Mélangez, versez le tout dans un moule avec une feuille de papier sulfurisé dans le fond si vous souhaitez le démouler, (ou des moules individuels). Tassez bien avec le dos d'une cuillère à soupe.
 Mettez au frais 30 mn.

Préchauffez le four à 150 °.

Fouettez le Philadelphia avec le sirop d'érable, le sucre, ajoutez les oeufs un à un, en mélangeant bien entre les deux. Répartissez les noix de pécan grossièrement hachées sur le fond sablé, couvrez avec la préparation, lissez la surface.
Mettez au four 30 mn. Laissez les cheesecakes refroidir une heure dans le four éteint puis placez-les une nuit au frais.


Au moment de servir, nappez de sirop d'érable.

 



Cuisine vegan, ou pas.


Certains d'entre vous (du moins les parisiens) ont peut-être remarqué la campagne d'affichage dans le métro d'un nouveau site lié à l'alimentation Vegan, "Vegan pratique".

Ce site, comme son nom l'indique, est destiné à accompagner ou à aider les personnes qui souhaitent mieux connaitre l'alimentation vegan. Autrement dit, une alimentation sans viande, ni produits laitiers, ni oeufs. Je dois dire que ce n'est pas mon cas, mais ce site regorge d'informations pratiques en tous genres, utiles à tous ceux -et celles- qui, et ça c'est mon cas, tentent de lutter contre la malbouffe sans être forcément des véganniens purs et durs.

On y trouve entre autres des infos sur les qualités nutritionnelles des aliments, leur teneur en calcium -l'idée que le lait serait la source de calcium n° 1  serait purement culturelle - un calendrier en ligne pour nous rappeler qu'on n'achète pas des tomates en février et surtout un chapitre "vegan à petits prix". 

Car pour beaucoup de gens, si ce type d'alimentation, souvent bio, est chère, c'est qu'ils traduisent littéralement leur façon de se nourrir en bio, avec viande, charcuterie, et tutti quanti, et là, oui, c'est cher. 
Mais se nourrir bio, ou disons "sainement', c'est souvent revoir ses habitudes alimentaires, changer ses automatismes et cela demande des efforts, pour soi, mais aussi pour son entourage.

Bref, allez y faire un tour si le sujet vous intéresse. Il y a aussi des recettes. Pour être honnête, c'est un site "pratique", comme son nom l'indique et l'accent n'est pas mis sur l'esthétique... Mais peu importe, on y trouve ce qu'on est venu y chercher : une façon de mieux maitriser ses comportements alimentaires, de mieux cuisiner, de respecter la planète en même temps que nous mêmes. Bref, une philosophie de vie, pas moins.


Vegan pratique, c'est là!!!!


Autre site, (autres moeurs), celui de Chef Simon sur le monde.fr.

Cet ancien chef de restaurants gastronomiques enseigne aujourd'hui la cuisine dans un esprit de partage et d'ouverture d'esprit qui le rend extrêmement sympathique, même si, d'après sa photo, on se dit qu'il vaut mieux ne pas le contrarier. (Ce qui le rend d'autant plus sympathique d'ailleurs). Voici ce qu'il dit : 

"Malgré la folie culinaire qui s'est abattue, je reste fidèle à cette idée vieillotte du partage et de la déontologie du cuisinier modeste et partageur.."

Là aussi, une foule d'informations sur énormément de produits, des recettes bien sûr, des techniques -en images et en vidéos, très bien faites - et même une rubrique culture plutôt originale. Ce site pourtant très professionnel a l'énorme avantage de répondre très clairement aux questions basiques qu'on se pose tous (j'ai appris des tas de choses sur les levures, sujet très obscur pour moi, qui l'est un peu moins maintenant, et aussi qu'il faut LAVER le quinoa avant de le faire cuire, ce qui enlève son amertume, ce que j'ignorais et d'autres choses encore). Il y a aussi une rubrique cuisine "santé".

On peut aussi partager ses recettes.

Chef Simon, c'est ici!!!

Passez une bonne semaine.



Posté lundi 20 juin, sous la pluie, dans "j'ai vu, j'ai lu".










Victoria magazine 2

Après cette interminable période de déluge, une éclaircie m'a enfin permis de réaliser les photos prévues depuis un mois pour Victoria magazine.

Après avoir acheté quatre fois des pivoines, trois fois des fromages de chèvres (ils voulaient du French cheese sur les photos) et décommandé quatre fois le photographe, les dieux ont enfin été avec nous.

Il était temps, j'en avais assez que les shoppings encombrent ma salle à manger :  



C'était jeudi dernier, chez moi, et il faisait un temps de rêve.

Dans la mesure où c'est un sujet qui doit paraître l'année prochaine, je ne peux pas encore montrer grand chose, juste quelques détails, et l'envers d'un décor.



Attention aux étiquettes, aux prix laissés sous les verres, (j'évite de les enlever, les boutiques préfèrent, sinon, elles doivent les retrouver), aux traces de doigts sur le cristal. Aux couverts de travers, aux fleurs qui fanent en dix minutes au soleil, et à la campagne, aux petites bêtes qui envahissent le décor en dix minutes.


C'est fou le nombre d'allers et retours qu'il faut faire dans cette journée : chez moi/le jardin, le jardin/au sous-sol où je garde les fleurs parce qu'il fait froid, du sous-sol à chez moi pour chercher tout ce qui est périssable : les gâteaux, les glaçons et le reste. Il y a pire, c'est sûr, mais à la fin de la journée, je suis cassée.


Jean-Baptiste Pellerin, photographe, mon ami, mon complice depuis plus de vingt ans. je l'ai connu assistant, depuis son travail est devenu d'un extrême raffinement, et sa maîtrise de la lumière me bluffe à chaque fois. Il dit "la photo, c'est la lumière" et comme il est généreux, il me donne des conseils entre deux photos. 

Il apporte la même implication aux photos de déco qu'à son travail personnel. Il aime photographier les gens, voyage beaucoup, dans des endroits où je ne mettrais jamais les pieds, ce qui n'est pas forcément une référence d'ailleurs.. Son travail sur les camps de réfugiés de Calais est magnifique, jamais larmoyant. Il dit "j'aime photographier la joie chez les gens, même dans la détresse". Si vous allez voir sa page Facebook, vous comprendrez. 
 Il dit aussi  "j'aime l'esthétique du chaos " et ça m'amuse, parce que  c'est l'inverse de ma propre esthétique, j'aime celle de la beauté, de la "slow life" et de la sérénité. Et pourtant, on aime travailler ensemble, on s'estime, je crois. Je ne suis pas sûre que photographier de l'argenterie soir sa cup of tea mais il le fait sans condescendance, sans établir de hiérarchie et ça, ça me plait.

On a nos private jokes, on partage une absence totale de stress dans le travail et on rigole bien.

 

et il fait même de l'ombre quand il n'y en a pas!!

Il aime les photos très rasantes, très floues. 

 
Moi aussi, mais je lui dit que quelquefois, c'est tellement abstrait que les lectrices ne vont rien 
 comprendre, que je suis censée montrer quelque chose à faire, une idée, pas juste du gazon : 


 Alors je lui fait refaire, il me dit "c'est toi la chef", et ça, j'aime bien!


 Quand on a faim, et que le lumière devient trop dure, on s'arrête pour déjeuner. Une vraie pause. JB n'est pas du genre veggie. Il lui faut du solide, du consistant. Alors je prépare la veille des spaghettis bolognaises, du hachis Parmentier, des "petites" choses à réchauffer. 

Et on a déjeuné dehors, à l'ombre des arbres. Quelquefois mes voisins (j'habite un domaine en copropriété) viennent nous voir et discutent cinq minutes, et souvent, on se dit " tu te rends compte qu'on travaille, là??!!!" . C'est vrai qu'on a de la chance.


Et la journée reprend, on finit les photos. On s'arrête en général pour manger les desserts qui doivent figurer sur les photos, lorsqu'ils ont été photographiés. Un jour, je faisais des photos pour une campagne de pub d'une marque de porcelaine, le client a commencé à entamer un gâteau somptueux commandé spécialement chez Lenôtre,  qui n'était pas encore photographié. Malaise.

Et ensuite il m'envoie les photos, on discute de celles qu'il faut éventuellement retirer ou retoucher, et il les envoie au magazine. Avant la parution le magazine m'envoie la maquette, je valide,  et j'envoie les textes, les crédits photos, et voilà!!!!


Le sujet "Entertaining à la Française" paraitra dans le "Spécial France " de Victoria magazine, en juin prochain.

Posté le 13 juin 2016 dans "Mon travail"






Mon week-end veggie

Ce week-end, étant donné le temps qui n'inspirait à rien, j'ai beaucoup hésité entre deux possibilités : me réfugier dans mon lit avec un livre (faux prétexte pour dormir),


Ou faire la cuisine, puisque je suis dans une phase assez maniaque veggie/graines/et recherches diverses sur le sujet.

j'ai fait les deux, ce qui prouve qu'on peut toujours caser du temps pour ne rien faire, si on se donne un peu de mal.

Pour ce qui est de la phase veggie, je vous livre quelques-unes de mes nouvelles manies culinaires : 

Un de mes nouveaux trucs, c'est le fait de paner tout ce qui me tombe sous la main, avec toutes sortes de panures : la classique, bien sûr, mais aussi les amandes broyées, ou les noix de pécan, les petits flocons d'avoines avec juste du sel et du poivre, la polenta avec du thym et du zeste de citron, du parmesan + sel et poivre + graines de lin  + chapelure (idées piquées au livre "Graines", voir à la fin du billet).

Sinon, j'ai acheté un jour de la chapelure d'épeautre et depuis j'en mets partout.


Je la mélange à toutes sortes de graines (sésame, lin, tournesol, et à ma propre dukkah maison, mélange d'épices oriental à base de
  pistaches, noisettes, cumin, entre autres dont je fais également une consommation quasi-obsessionnelle. Il y a des tas de recettes de dukkah sur internet).


Je découpe tout en petits morceaux que je roule dans ces mélanges : le poisson (j'adore avec le thon), le poulet, et aussi le tofu, fumé ou aux herbes, que j'ai utilisé pour cette salade et que je fais légèrement frire, et j'y ai ajouté des pois chiches, du fenouil, des feuilles de chêne, des graines germées, un tas d'herbes (je mets de la menthe partout aussi). Et voilà.


il y a une chose que j'aime bien faire aussi en ce moment, c'est utiliser les galettes de céréales bio, il y en a de toutes sortes, pour faire des farces de légumes : j'ai acheté celles-ci.


Je fais revenir des oignons, j'émiette les galettes avec, et j'ajoute un peu tout et n'importe quoi, mais essentiellement : du fromage de chèvre, beaucoup de menthe encore, des graines encore,  de l'agneau haché et de la cannelle si je veux sortir de ma phase veggie et faire "oriental".

Pendant ce temps, je fais cuire les aubergines au four, et comme elles sont bien tendres, je "gratte" la pulpe que j'ajoute à la mixture précédente : 


Du sel, du poivre, du parmesan, des graines et au four!


Vous pouvez le faire avec des courgettes, ou pour farcir un poulet, et essayer plusieurs sortes de galettes. 

Ensuite j'ai piqué dans un livre "Recevoir en bio" (voir à la fin du billet) une recette de lasagnes végétariennes blettes/fromage de chèvre "aux petites graines" (encore), vis-à-vis de laquelle j'étais un peu dubitative, (béchamel  réalisée avec 45 gr d'huile d'olive, 45 gr de farine et 300 ml de lait de soja,  j'ai utilisé du lait d'amandes),  400 gr de tofu soyeux à la place de la crème, (là, je craignais un peu, le tofu soyeux, c'est un peu terra incognita pour moi, mais ça passe magnifiquement), il y a aussi un peu de miel (2 c à c) et de l'ail (2 gousses hachées) pour relever, on mélange tout, on fait des couches avec des feuilles de lasagnes précuites et en fait c'était un délice. Franchement, je m'attendais un peu à un ersatz "sain" de la version classique des lasagnes, eh bien non, j'avais tort.




Et enfin, je veux bien faire la parfaite, mais au chapitre des desserts, les gâteaux sans sucre, sans beurre, à base de farine complète d'épeautre, genre pénitence, j'ai du mal. J'aime les vrais gâteaux, ceux qui collent, les fondants tout mous, ceux qui font qu'on se relève la nuit, je n'ai pas réussi à me convertir au "raisonnable". j'ai tenté un gâteau à base de biscuits de Reims roses, parce que c'est une des mes petites madeleines d'enfance...




Je ne donne pas la recette, d'une part parce qu'on en trouve des tas sur Internet, ensuite parce que l'honnêteté m'oblige à dire que ce n'était pas le gâteau du siècle, un peu "schtopffant"comme disait la mère d'une de mes amies qui parlait yidish, j'adore ce terme si évocateur, mais enfin il a réussi sa mission, à savoir m'imbiber de sucre jusqu'à la prochaine tentation.

Je vous signale trois livres sur le sujet que j'ai trouvés pleins d'idées : 


"Recevoir en bio" de Cléa, éditions La Plage
24,95€


"Céréales d'aujourd'hui" par Anne Brunner
Éditions la Plage - 20,50€

Et une bible dans son domaine, j'adore ce livre : 
(c'est là que j'ai piqué les idées de chapelures)


"Graines, céréales et légumes secs" par Molly Brown -  Marabout
 22, 90 €


C'est tout pour aujourd'hui!

Bonne semaine, il parait que le soleil revient!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Posté le 5 juin 2016 dans "Ma petite cuisine"